Droits de l’Homme : création d’un comité de soutien d’Eugène Diomi Ndongala / DEPECHE DE BRAZZAVILLE

Droits de l’Homme : création d’un comité de soutien d’Eugène Diomi Ndongala

Jeudi 22 Mai 2014 – 18:44

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

 

La structure créée par des ONG vise à obtenir la libération, sans condition, du député déchu et président de la Démocratie chrétienne (DC) considéré comme prisonnier politique.

Des ONG des droits de l’Homme établies en RDC ont officiellement annoncé, lors d’une manifestation organisée le 22 mai dans la salle paroissiale Notre-Dame-de-Fatima, à Gombe, la création du comité de soutien d’Eugène Diomi Ndongala.

Ce comité, a souligné le président de l’Association congolaise pour l’accès à la justice (Acaj), Me Georges Kapiamba, est un groupe d’ONG des droits de l’Homme auxquelles se sont associées des personnalités afin de cogiter ensemble sur des actions pouvant conduire à l’obtention de la liberté d’Eugène Diomi Ndongala qui, on le sait, est condamné à dix ans de prison.

La structure n’est pas, a-t-on souligné, un comité constitué de manière verticale. Elle est plutôt un groupe qui se réunit selon le besoin.

Mener des actions légales

Pour Me Georges, ce comité va mener ses actions en se conformant aux prescrits de la loi. Il s’agit, selon ce juriste, de mobiliser un certain nombre de personnes tant sur le plan national qu’international autour de cet idéal qu’est la libération d’Eugène Diomi Ndongala considéré comme prisonnier politique.

La salle, lors de la présentation du comité de soutien de Diomi Ndongala.Sur le plan national, en effet, le comité de soutien d’Eugène Diomi compte mobiliser des ONG de défense des droits de l’homme, les organisations professionnelles, les partis politiques, les missions diplomatiques, les organisations intergouvernementales et les agences de l’ONU ainsi que les structures concernées dans la mise en œuvre de l’accord de paix d’Addis-Abeba, etc. alors que sur le plan international, ce comité vise l’Union parlementaire, les parlementaires de l’Union européenne, les Etats considérés comme pouvant avoir l’obligation morale d’intervenir compte tenu des liens historiques qui les unissent avec le Congo, etc.

Une affaire de tous

La salle, lors de la présentation du comité de soutien de Diomi Ndongala.Dans les différentes interventions enregistrées lors de cette activité dont celles des députés nationaux Jean-Claude Vuemba et Eméry Okundji ainsi que des acteurs politiques dont Lisanga Bonganga, Félix Tshisekedi, Jacquemain Shabani, le Pr Kalele, Pascaline Kudura, etc., tous ont considéré Diomi Ndongala comme un prisonnier politique. Selon eux, l’affaire de viol sur mineures n’a été montée que pour lui imposer le silence, compte tenu de ses opinions sur les élections de 2011 et sur la conduite des affaires de l’Etat. « Cet emprisonnement est l’une des tactiques du gouvernement pour réduire au silence certaines personnalités considérées comme gênantes par leurs opinions sur la conduite des affaires de l’Etat », a souligné le président de l’Acaj.

Me Georges Kapiamba et tous ceux qui ont pris la parole à cette occasion ont reconnu que ce combat n’est pas seulement l’affaire des défenseurs des droits de l’Homme mais de tout le monde. « Eugène Diomi exerçait ses activités selon les prescrits de la Constitution et les instruments internationaux. Cette affaire de viol sur mineures a été inventée pour l’empêcher d’exercer ses droits de l’opposition. Pour le faire taire, le pouvoir a fait un passage en force en violation des lois et repères qui régissent la RDC », a souligné le député Emery Okundji, qui a fustigé les procédures et les schémas utilisés pour détenir le président de la DC. Alors que pour Lisanga Bonganga, parler de Diomi Ndongala serait, parler de tous les opposants arrêtés et de tous les prisonniers politiques ainsi que des violations des droits de l’Homme.

Reconnaissant en Diomi Ndongala, un acteur politique engagé et disponible à tout moment que le pays avait besoin de lui, au-delà de son amour pour le Congo, son courage ainsi que sa détermination à dire la vérité voire à mourir pour cette vérité, Félix Tshisekedi, Jacquemain Shabani, Jean-Claude Vuemba et le Pr Kalele ont recommandé de lui rendre la pareille. C’est pourquoi ils ont préconisé des actions de masse en sa faveur.

Emmanuel Cole de la Fondation Bill Clinton pour la paix, qui a brossé l’état des lieux de la loi d’amnistie en RDC, a appelé à l’application des recommandations des concertations nationales. Le directeur exécutif adjoint de la Voix des sans-voix pour les droits de l’Homme (VSV), Rostin Manketa Nkwahata, a rappelé les droits fondamentaux de l’opposition en démocratie qu’il a considérés comme les termes de référence pour évaluer le niveau de la démocratie.

L’organisation a fait intervenir deux bénéficiaires de la loi d’amnistie qui ont été arrêtés dans le cadre de l’affaire Impérium associé également à Diomi Ndongala. Verdict Mituntua et Mme Marie Kabungama ont témoigné sur leur innocence et celle du député déchu ainsi que sur leurs conditions de détention dans les différents lieux d’incarcération où ils sont passés. En plus des organisations citées, la Ligue des électeurs, Anges du ciel et la Nouvelle société civile font également parties du comité de soutien créé.

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo :

Photo 1 : Les responsables des ONG membres du comité de soutien de Diomi Ndongala Photos 2 et 3 : La salle, lors de la présentation du comité de soutien de Diomi Ndongala

DES ONGDH CREENT UN COMITE DE SOUTIEN POUR LA LIBERATION DE DIOMI NDONGALA / LE POTENTIEL 23/05/14

POTENTIEL230514 001

CLIQUEZ SUR L’IMAGE DE L ARTICLE POUR L’AGRANDIR

Des ONGDH créent un comité de soutien pour la libération de Diomi Ndongala

 

Droits de l’homme

Un groupe d’ONGDH a formé une dynamique en réaffirmant sa détermination à mener, dans les jours à venir, toutes les actions légales à tous les niveaux, pour obtenir la libération de Diomi Ndongala.

Hier jeudi 22 mai à la paroisse Notre-Dame de Fatima, les organisations non gouvernementales de défense des droits de l’Homme « Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ) », « Anges du ciel (AC) », « Fondation Bill Clinton pour la paix (FBCO) », « Ligue des Electeurs (LE) », Nouvelle Société civile (NSC) » Voix des Sans Voix pour les droits de l’Homme (VSV) » ont annoncé la naissance du Comité de soutien pour la libération d’Eugène Diomi Ndongala. Structure qui a pour président Me Georges Kapiamba, directeur exécutif de l’ACAJ.

A cette occasion, on a noté la présence de certains députés nationaux tels que Jean-Claude Vuemba, Jean-Pierre Lisanga Bonganga, Emery Okundji. Il y avait aussi dans la salle certains membres des partis politiques de l’opposition comme Félix Tshisekedi, Jacquemain Shabani. Et même le professeur Kalele Kabila était de la partie.

Dans la déclaration de ces ONGDH, elles ont annoncé que le but de cette structure est d’obtenir sans condition la libération de Diomi Ndongala qui est, à leurs yeux, un prisonnier politique.

A cet effet, les représentants de ces ONGDH ont rappelé qu’après l’enlèvement de ce dernier et sa longue détention au secret, il fut de nouveau arrêté arbitrairement le 8 avril 2013 vers 23h00’ et placé sous mandat d’arrêt provisoire par le Procureur général de la République le 9 avril 2013.

Ils notent aussi que bien qu’à plusieurs reprises la Cour suprême de justice avait ordonné sa mise en résidence surveillée, qui signifie naturellement qu’il devait être sorti de la prison de Makala et détenu à sa résidence sous surveillance policière, le Procureur général de la République n’avait jamais exécuté fidèlement ces décisions en maintenant Diomi Ndongala dans sa cellule de la prison de Makala.

Que souffrant de crises aiguës du nerf sciatique accompagnées d’autres pathologies aggravées par les mauvaises conditions de sa détentions, soulignent-ils, il lui a été refusé d’accéder aux soins de santé appropriés, notamment à la clinique de Ngaliema, et ce, en violation du paragraphe 22, point 2 de l’Ensemble des règles minima des Nations unies pour le traitement des détenus.

Ils font aussi remarquer que depuis le 26 mars 2014, la Cour suprême de justice l’a condamné à la peine de 10 ans de prison ferme, alors qu’il ne lui avait jamais été donné la possibilité de se défendre valablement par rapport aux faits mis à sa charge ; et qu’en réalité l’objectif poursuivi était de le réduire au silence, car considéré comme dérangeant par ses prises de position sur la gestion des affaires de l’Etat.

Au cours de cette rencontre avec la presse, ces ONGDH ont condamné une fois de plus l’instrumentalisation de la justice par le gouvernement aux fins de réduire au silence les opposants politiques, comme dans le cas du président de la Démocratie chrétienne Eugène Diomi Ndongala. C’est pourquoi les responsables de ces organisations réclament sa libération sans condition et lancent l’appel que voici : « Nous demandons aux personnes éprises de paix, démocratie et justice d’en faire autant et de rejeter par tous les moyens légaux les attaques dirigées contre les membres de l’opposition politique ».

Pour finir, ces ONGDH demandent à la communauté internationale de conditionner tout soutien diplomatique ou financier au gouvernement de Kinshasa à la libération de tous les prisonniers politiques, dont le député Eugène Diomi Ndongala.

Pour sa part, Emmanuel Cole, président de l’ONGDH FBCP, a dressé un état des lieux de l’application de la loi d’amnistie, en relevant qu’une amnistie ne doit pas être sélective, et c’était cela l’esprit des concertations nationales.

Il faudrait noter qu’auparavant, il y a eu les témoignages de quelques invités comme le professeur Kalele qui a présenté Diomi Ndongala comme un modèle de persévérance, d’endurance et d’esprit de sacrifice. D’autres victimes comme le journaliste Verdict Mintuntwa et Mme Marie-Josée Kabungama ont aussi parlé de leur calvaire dans les geôles des services de sécurité et en prison avant de bénéficier de l’amnistie.

 

 

 

LES TEMOIGNAGES DES HOMMES POLITIQUES DE L’OPPOSITION SUR LE COMBAT DE DIOMI NDONGALA, PRISONNIER POLITIQUE EN RDC

comite1

ME. GEORGES KAPIAMBA (ACAJ), MEMBRE DU COMITE

COMITE2

M. MANKENDA RONSTIN , VSV DH, MEMBRE DU COMITE

MANKENDA VSVDH

VIDEOS DES TEMOIGNAGES SUR LE  PRISONNIER POLITIQUE EUGENE DIOMI NDONGALA:

https://www.youtube.com/watch?v=Ixp_L3cRTCE

 

LES INTERVENTIONS DE :

L’ HON. EMERY OKUNDJI (FONUS) TEMOIGNE DE L’ENGAGEMENT POLITIQUE D’EUGENE DIOMI NDONGALA;

youtube=http://youtu.be/ggqleWZuhcY

TEMOIGNAGE DE L HON EMERY OKUNDJI

-L’  HON. LISANGA BONGANGA (FAC/OPPOSITION REPUBLICAINE) DONNE SON TEMOIGNAGE SUR LE COMBAT POLITIQUE NON VIOLENT D’EUGENE DIOMI NDONGALA

http://youtu.be/dEfq68WtXFs

HON LISANGA BONGANGA

– L’HON. VUEMBA PARLE DE SON COLLEGUE ET FRERE  EUGENE DIOMI NDONGALA

https://www.youtube.com/watch?v=q1rDlZe2RZI

HON VUEMBA

M.ME PASCALINA KUDURA DE LA MPP (MAJORITE PRESIDENTIELLE POPULAIRE) DONNE SON TEMOIGNAGE SUR LE PORTE PAROLE DE LA MPP ET DE SON COMBAT POUR LA VERITE ET LA JUSTICE EN RDC

https://www.youtube.com/watch?v=_EXMaOy2rpw

M.ME PASCALINE KUDURA MPP

M. JACQUEMAIN SHABANI RAPPELLE DU COMBAT COURAGEUX D’EUGENE DIOMI NDONGALA AVANT , PENDANT ET APRES LA CAMPAGNE ELECTORALE DE 2011, AU PERIL DE SA VIE ET LES MAINS NUES FACE AUX KALAKNIKOV, EN TANT QUE COMPAGNON DE L’ANCIEN SECRETAIRE GENERAL DE L’UDPS DES MARCHES POUR LA TRANSPARENCE DU FICHIER ELECTORAL

http://youtu.be/_EXMaOy2rpw?t=4m28s

M. JACQUEMAIN SHABANI

L’HON. FELIX ANTOINE TSHISEKEDI (UDPS) RAPPELLE LA CARRURE D’HOMME POLITIQUE D’EUGENE DIOMI NDONGALA ET SON COURAGE FACE AU MARTYRE DONT IL EST VICTIME

https://www.youtube.com/watch?v=zS17fGvRysg

HON FELIX ANTOINE TSHISEKEDI

– LE PROF. KALELE (UDPS) : « DIOMI NDONGALA EST UN MODELE DE PERSEVERANCE DANS LE COMBAT DEMCRATIQUE POUR TOUS LES CONGOLAIS » – LA LUTTE PACIFIQUE EST PLUS DANGEUREUSE QUE CELUI ARMEE ET ELLE S’ACCOMPAGNE COMME TOUTE LUTTE DE LIBERATION A LA PRISON ET A LA MORT. NOUS DEVONS ARRACHER LA LIBERATION D’EUGENE DIOMI NDONGALA »

https://www.youtube.com/watch?v=ieR3h2gP1bA

prof kalele

– M.ME KIBUNGANA, VICTIME DE VIOLATION DES DROITS DE L HOMME ET ACCUSEE DU COMPLOT INSURECTIONNEL DIT « DIOMI NDONGALA/IMPERIUM », AMNISTIEE

m.me KIBUNGANA

– M. VERDICT MITUNTWA, ATTACHE DE PRESSE D’EUGENE DIOMI NDONGALA, (DEMOCRATIE CHRETIENNE) FAUSSEMENT ACCUSEE DE COMPLOT DANS LE MONTAGE DENOMME « DIOMI NDONGALA/IMPERIUM » – IL A FAIT L ‘OBJET DE TORTURES –  AMNISTIE

VERDICT MITUNTWA

Capture230514

 

 

Déclaration des ONG des droits de l’homme membres du Comité de soutien pour la libération de l’Honorable Eugène DIOMI NDONGALA

 

Nous, organisations de défense des droits de l’homme, membres du Comité de soutien pour la libération sans condition de l’Honorable Eugène DIOMI NDONGALA, prisonnier politique ;

 

Rappelant qu’après son enlèvement et sa longue détention au secret, il fut de nouveau arrêté  arbitrairement le 08/04/2013 vers 23 heures et placé sous mandat d’arrêt provisoire par le Procureur Général de la République le 09/04/2013 ;

 

Qu’alors qu’à plusieurs reprises la Cour Suprême de Justice avaitordonné sa mise à résidence surveillée, qui signifie naturellement qu’il devait être sorti de la prison de Makala et détenu à sa résidence sous surveillance policière, le Procureur Général de la République n’avait jamais exécuté fidèlement ces décisions en maintenant le député DIOMI NDONGALA dans sa cellule de la prison de Makala ;

 

Que souffrant de crises aiguës de nerf sciatique accompagnées d’autres pathologies aggravées par les mauvaises conditions de sa détention, il lui a été refusé d’accéder aux soins appropriés notamment à la clinique comme Ngaliema, et ce, en violation du paragraphe 22, point 2 de l’Ensemble des règles minima des Nations Unies pour le traitement des détenus ;

 

Que depuis le 26 mars 2014, la Cour suprême de justice l’a condamné à la peine de 10 ans de prison ferme alors qu’il ne lui avait jamais été donné la possibilité de se défendre valablement par rapport aux faits mis à sa charge; et qu’en réalité l’objectif poursuivi était de le réduire au silence, car considéré comme dérangeant par ses prises position sur la gestion des affaires de l’Etat ;

 

Nous condamnons une fois de plus l’instrumentalisation de la justice par le Gouvernement aux fins de réduire au silence les opposants politiques, comme dans c’est le cas du Président de la Démocratie Chrétienne, M. Eugène DIOMI NDONGALA ;

 

Nous réclamons sa libération sans condition ;

 

Nous demandons aux personnes éprises de paix, démocratie et justice d’en faire autant et de rejeter par tous les moyens légaux les attaques dirigées contre les membres de l’opposition politique;

 

Nous demandons à la communauté internationale de conditionner tout soutien diplomatique ou financier au Gouvernement de Kinshasa à la libération de tous les prisonniers politiques dont le député Eugène DIOMI NDONGALA ;

 

Nous réaffirmons notre détermination à mener, dans les jours à venir, toutes les actions légales à tous les niveaux, pour obtenir sa libération.

 

Fait à Kinshasa, le 22 mai 2014

 

COMITE DE SOUTIEN

Association congolaise pour l’Accès la justice (ACAJ)

Anges du Ciel (AC)

Fondation Bill Clinton pour la paix (FBCP)

Ligue des Electeurs (LE)

Nouvelle Société Civile (NSC)

Voix de Sans Voix (VSV)

MANIFESTATION DE LANCEMENT DES ACTIVITES DU « COMITE DE SOUTIEN A LA LIBERATION D’ EUGENE DIOMI NDONGALA » CE JEUDI 22/05/2014 A KINSHASA

diomi005

Comité de soutien pour la libération d’ Eugène Diomi Ndongala

  • Composition et objectif

 

Un groupe des défenseurs des droits de l’homme et des personnalités éprises de paix, démocratie et justice ont décidé, ce jour, d’unir leurs efforts pour mobiliser l’opinion nationale et internationale sur la condamnation politique du Président Eugène DIOMI NDONGALA, obtenir sa libération ainsi que l’instauration d’un Etat de Droit en RDC.

  • Personnes cibles

 

La mobilisation ciblera :

  • Au plan national :

 

  • Les organisations nationales et internationales de défense des droits de l’homme
  • Les organisations professionnelles
  • Les organisations politiques
  • Les ambassadeurs et chefs de missions diplomatiques
  • Les organisations intergouvernementales et agences des Nations Unies
  • Les parlementaires
  • Les envoyés spéciaux (des USA, de l’UE, de SGNU en RDC, de SGNU dans les pays des grands Lacs et de l’UA)
  • Au plan international :

 

  • Les organisations internationales de défense des droits de l’homme (FIDH, OMCT, HRW, AI, Avocats sans frontières France…)
  • Les mécanismes des protections des droits de l’homme (Commission africaine des droits de l’homme et des peuples ou le Comité des droits de l’homme des Nations Unies)
  • Les parlementaires de l’UE, de la Belgique, de la France, des USA, du Canada, de la RSA…
  • L’Union Interparlementaire
  • Des membres des organes politiques de l’UE
  • Des organisations des lobbys basés à Bruxelles, Génève et à Washington
  • Moyens d’actions

 

  1. Plaidoyers
  2. Requêtes et communications
  3. Publications des communiqués et dépliants
  4. Interviews avec médias nationaux et internationaux
  5. Tenue d’un site web
  1. Alliés potentiels : à identifier dans le monde politique, de la société civile et des personnalités de nationalité congolaise et étrangère.
  2. Comité organisateur : ACAJ, Anges du ciel, FBCP, LE, NSC et VSV.

PROGRAMME DE LA MANIFESTATION DU LANCEMENT DU COMITE DE SOUTIEN A EUGENE DIOMI NDONGALA, LE  22/05/2014 SALLE DE FATIMA – KINSHASA -R.D.C

Modération : Emmanuel COL, Président FBCP

10h00-10h30 : Arrivée des invités

10h30-11h00 : – Présentation du programme

– Présentation du Comité de soutien « libération de l’honorable Eugène    DIOMI NDONGALA », par Me Georges KAPIAMBA

(Président de l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice)

– L’état de lieux de l’application de la Loi d’amnistie, par Jonas Tshiombela,

Président de la  Nouvelle société civile.

-Droits fondamentaux de l’opposition politique en démocratie, par Me Sylvain

LUMU, Secrétaire Exécutif de la Ligue des Electeurs.

11h00-11h30 : Témoignage sur le parcours politique de l’Honorable Eugène DIOMI NDONGALA, par

Honorables Emery OKUNDJI,  LISANGA BONGANGA, Hon.VUEMBA, Hon.Felix Antoine TSHISEKEDI, M. Jacquemain SHABANI, Prof. KALELE, M.me Pascaline KUDURA

11h30-12h00 : -Témoignages de Madame Marie-José KABUNGAMA et Verdict MITONTWA.

12h00-12h15 : Déclaration des ONG membres du comité organisateur, par Mme Philomène MUKENDI, Présidente de AC

12h15 Fin de la manifestation et cocktail

 

Fait à Kinshasa, le 17 mai 2014

 

Comité organisateur,

Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ)

Anges du Ciel (AC)

Fondation Bill Clinton pour la paix (FBCP)

Ligue des Electeurs (LE)

Nouvelle Société Civile (NSC)

Voix de Sans Voix (VSV)